"Aller à l'école"

Culture

Ce « poème » sous forme de liste, publié sur un blog évoque les difficultés financières rencontrées par de nombreux parents tibétains pour envoyer leurs enfants à l’école. Dans les zones rurales, l’école est en effet souvent éloignée du village. Rappelons par exemple que, sur les soixante-quatorze districts que compte la Région Autonome du Tibet, il n’est possible de suivre les neuf années d’enseignement obligatoire que dans cinq de ces districts seulement1. Selon cette même source, qui cite des statistiques officielles de 1999, dans certaines préfectures rurales, moins de 10% des enfants étaient scolarisés. (NdT)

Aller à l’école :

Voiture : 76 yuans

Train : 148 yuans

Nourriture : 80 yuans

Logement : 88 yuans

Téléphone : 80 yuans

Fruits : 23 yuans

Livres : 132 yuans

Et encore, et encore

Un stylo, acheté pour 5 yuans

Mon vieux père dit : « Je ramasserai des Yartsagünbu2, et je rapporterai à nouveau de l’argent. »

  1. 1. Blondeau, Anne-Marie & Buffetrille, Katia. Authenticating Tibet, Answers to China’s 100 questions. Berkeley ; Los Angeles ; London : University of California Press. Question n°28, p. 99
  2. 2. [tib. : dbyar rtswa dgun bu] Cordyceps sinensis :  Champignon parasite qui se développe dans le corps d’une chenille, utilisé dans la médecine chinoise. Très prisé en Chine, mais aussi à l’étranger, la récolte intensive de la variété sauvage de champignon, depuis le milieu des années 1990, ne va pas sans causer de problèmes environnementaux.