Pas de nouvel an

Culture

Certains journalistes ont cru comprendre que le dalai-lama avait appelé à un boycott du Nouvel An tibétain, et que cela avait été suivi d'effet au Tibet ensuite. En réalité, le gouvernement tibétain en exil a pris le train en marche : depuis janvier 2009 les appels à ne pas fêter le Nouvel An circulent parmi les Tibétains du Tibet. Ainsi, le 14 janvier, Woeser (poète tibétaine "exilée" à Pékin) a proposé de ne pas le fêter (http://www.highpeakspureearth.com/2009/01/let-us-make-lamp-offerings-and-light.html). Mais, une semaine plus tôt, nous avions trouvé le poème ci-dessous sur un site web tibétain. Il est éloquent et montre que, plus qu'un ordre venu d'en haut, la décision de ne pas fêter le nouvel an pour les Tibétains vient des Tibétains eux-mêmes.

 

En cette période noire et effrayante

Cette période noire et effrayante

A bu à pleines gorgées le sang d’un peuple

A ligoté dans les cordes les membres d’un peuple

A torturé par la chaleur la poitrine d’un peuple

A inondé d’eau le visage d’un peuple

Ce qui nous échoit, c’est la douleur

Ce que nous n’aurons pas, c’est un nouvel an [digne de ce nom]

http://www.tibetabc.cn/u/anwj/archives/2009/200918215547.html